Hyundai IONIQ 5

La nouvelle référence.

Ce n’est pas un coup d’essai pour Hyundai. La marque coréenne fait partie des pionnières de l’électrification des véhciules. Alors, lorsque la marque arborant fièrement un “H” présente sa vision du futur en un véhicule électrique, on s’assoit, on écoute et on prend note. 

Cette IONIQ 5 est une formidable réflexion sur ce que qu’un véhicule électrique se doit d’être, tant sur l’utilisation que dans ses interactions avec ses utilisateurs. Une vraie leçon de conduite pour les marques européennes et américaines.

Lorsque Hyundai présente sa vision du futur en un véhicule électrique, on s’assoit, on écoute et on prend note. 

Neo-futuriste

Elle m’a tapé dans l’œil dès les premières secondes. Un mélange de Tetris, de Retour vers le Futur, de jeux vidéos des années 80, incarnant une époque que je n’ai, personnellement, pas connu, mais qui nous parle à tous. La chanson 99 Luftballons en tête je regarde la face avant avec ses U carrés et ses moustaches, qui une fois éteintes ne sont pas visibles sur la carrosserie. La bande noire qui joint les feux avant élargit de manière esthétique la IONIQ 5 lui donnant un style bien à elle qui fait l’unanimité au sein de la rédaction. Contrairement aux marques germaniques, qui font grandir en permanence leurs signes distinctifs, Hyundai choisit ici la sobriété mais conserve un esprit asiatique. Un profil asseré et des jantes mi-pleines viennent donner un esprit sportif à cette IONIQ 5. En me dirigeant vers la poupe et sa simplicité expectionnelle, je comprends que le nouveau SUV de Hyundai exprime son côté angulaire avec des feux carrés fait d’autres carrés et soulignés par une bande LED fine qui peut à peine être vue mais apporte de la cohésion dans le design.

Le silence à bord et l’ambiance en font une voiture parfaite pour le quotidien.

Le dessin fluide, simpliste et aéré permet de cacher les dimensions imposantes de cette Hyundai. En effet la IONIQ 5 accuse 4,63 mètres en longueur, 1,90 en largeur et 1,60 mètres en hauteur. Ce n’est, certes, pas gigantesque, mais ce n’est pas une ballerine pour autant.

Mais ses dimensions apporte un réel confort à bord. En m’installant dans les sièges confortables je suis accueilli par un volant à deux branches et un plancher plat. Cette IONIQ 5 assume fièrement son côté électrique et tire un maximum d’espace de cette nouvelle architecture. Les places arrières ne sont pas en reste et mon mètre 80 s’y sent à l’aise. Je pourrais aisément partir en vacances sur cette banquette tout en logeant ma valise dans le coffre de 527 litres à l’arrière et 24 litres à l’avant, soit aussi grand qu’un Mercedes-Benz GLC.

C’est un compagnon, pour votre vie en dehors de votre maison, une extension de votre chambre en quelques sortes.

Évidemment, la technologie est présente, deux écrans façon Mercedes viennent coiffer le tableau de bord de ce nouveau SUV. Ils disposent évidemment de toutes les petites commodités que l’on aimerait sur une voiture du 21e siècle. De nombreuses applications permettent de rendre l’utilisation ludique et le système est très rapide dans ses réponses. Le combiné d’instrumentation est clair et personnalisable et donne les informations les plus utiles au trajet tout en reléguant au second plan certaines données peut importante. 

L’intérieur a aussi ses petites surprises comme une boîte à gants façon tiroir, une console centrale mobile, une position de conduite plus canapé que voiture et une possibilité de mettre le siège en mode “sieste” afin de piquer un petit somme lors de vos rechargements. En ce qui me concerne, cet intérieur est un vrai cocon où il est aisé de s’y sentir bien, avec un espace important et une sensation aérienne faisant le plus grand bien. Évidemment mon avis est très biaisé par cet intérieur blanc lui allant à ravir.

Cet intérieur est un vrai cocon où il est aisé de s’y sentir bien.

On ne peut que saluer l’effort fait par Hyundai pour la présentation de son intérieur, tant sur le design que sur la qualité des matériaux. Et, en plus d’être un effort louable, c’est très bien mis en œuvre. 

Et derrière le volant ?

En prenant le volant je me rends compte très vite de ces dimensions, ce n’est pas le voiture la plus évidente à faire évoluer en ville mais cela reste très accessible. Je profite pour autant d’une bonne visibilité tout autour de moi et une caméra d’angle mort se déclenche dans le combiné d’instrumentation chaque fois que je mets le clignotant. Cela peut paraître gadget mais ajoute un confort non négligeable lors des changements de file, peut importe la vitesse. La suspension primaire fait bien son travail en faisant oublier les grosses aspérités de la route sans s’écraser ou en rebondissant de trop. Pour autant, la suspension secondaire, censée gommer les plus petites aspérités de la route, est plus faible. On ressent très vite les saignées, les plaques d’égout… surtout que la direction électrique n’amène peu de feeling à part celui des défauts de la route. C’est en effet pas au niveau de certaines allemandes mais le confort général est au dessus, avec des sièges moelleux et un intérieur bien moins austère. 

Malgré ces défauts, la IONIQ 5 me convient parfaitement, le silence à bord et l’ambiance en font une voiture parfaite pour le quotidien. La direction, qui manquait au demeurant de feeling est ici la bienvenue avec sa souplesse, parfaite pour l’évolution en ville et s’asservit sur autoroute. Notre modèle d’essai, une édition First, et sa batterie de 73kWh comptabiliseront 18kWh/100 pour ce premier trajet contenant de la ville et de la voie rapide, permettant ainsi une autonomie de 405 kilomètres, calculé avec mon premier trajet, un mélange de voies rapides et de ville. Evidemment avec 306 chevaux la IONIQ 5 n’a aucun mal à se mettre en mouvement, même si sur le mouillé le couple et la puissance defferlant très vite mettent à mal le contrôle de traction, chaque accéleration se fait dans la sécurité. Mais le plus impressionant reste les reprises. Imaginez-vous, Porte de Versailles pour prendre le périphérique, en longeant la voie d’insertion qui grimpe comme une rampe de lancement vers la boucle extérieur, vous pensez déjà à ceux qui oublieront la priorité à droite. Mais ici, pas de souci, car avec la IONIQ 5, un coup d’accélérateur et le 50 à 70 est expedié en moins de 2 secondes avec aucune latence ou besoin d’attendre pour la boite de vitesse de rétrograder. Vous êtes simplement satélisé sur le périphérique. A 130km/h le design en boite à chaussures n’aide pas beaucoup et les bruits d’airs se font présents, pour autant, la IONIQ 5 reste stable et je profite toujours autant de son intérieur spacieux et très lumineux. 

Je remercie une nouvelle fois Hyundai France d’avoir commandé une voiture avec l’intérieur blanc qui lui va à ravir. Mais alors, si elle semble à l’aise en ville et hors de la ville, sur nos autoroutes, peut-être trouverai-je des défauts sur les petites routes de campagne ? Lorsque le rythme est soutenu et stable tout se passe pour le mieux, mais je ne résiste pas à enclencher le mode “sport” afin de voir ce que cette coréenne a dans ses batteries. Et là, evidemment on sent les limites. Le freinage n’est pas assez puissant pour 1 tonnes 275 et les pneus très étroits permettant, au demeurant une meilleure consommation, ne sont ici pas mes meilleurs amis. Encore une fois, la direction manque de feeling et on comprend de suite que le mode “sport” est plus un mode pour faire rire vos amis lors de certaines accélérations qu’un mode fait pour la conduite sportive. Et pour autant, depuis le début de mon essai, la IONIQ 5 est tellement proche de mes besoins et tellement pratique que je suis prêt a sacrifier le manque de sportivité pour sa polyvalence et son bien-être au quotidien. 

Cette IONIQ 5 est une formidable réflexion sur ce que qu’un véhicule électrique se doit d’être.

Le bien être au quotidien dans quoi se retrouve-t-il ? Il se retrouve dans toutes ces petites attentions pour les utilisateurs. En sortant d’une réunion chez un de vos clients vous voulez mettre en charge votre ordinateur ? Pas de problème, une prise 220 volts est disponible à l’arrière. Vous êtes chez des amis dans leur maison de campagne et vous aimeriez un éclairage extérieur mais n’avez pas de prise ? La IONIQ 5 possède la charge inversée et en connectant depuis la prise de recharge une lampe (avec néanmoins un adaptateur) vous pouvez éclairer vos soirées. Vous pouvez même y brancher une tondeuse, une trotinette électrique ou bien un autre véhicule électrique, si besoin. Le bien être au quotidien c’est aussi ce plancher plat qui ravira ces dames, et ces rangements qui nous raviront tous. Ces sièges qui peuvent s’allonger presque à 180°C, qui raviront ceux qui recharge la nuit sur l’autoroute. La IONIQ 5 ce n’est pas qu’une voiture pour vous emmener d’un point A à un point B, c’est un compagnon, pour votre vie en dehors de votre maison, une extension de votre chambre en quelques sortes. Et même de votre cuisine, car théoriquement vous pouvez y brancher votre cafetière. Et ça, je vous le promets, je n’ai pas (encore) essayé, mais ça marche.

Note, mention et conclusion

Note : 77/100

Extérieur – 18/20

Intérieur – 17/20

Moteur – 13/20

Dynamisme & Sensations – 13/20

Confort & Praticité – 16/20

La IONIQ 5 incarne parfaitement ce que doit être un véhicule électrique en 2022, un bon compagnon pour faire des trajets quotidiens (et plus longs) avec des technologies misent en oeuvre pour les occupants. C’est le véhicule électrique que nous choisirions si c’était à faire. 

Merci à Hyundai France et en particulier à Damien et Emilie.

Posts created 51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top