Jaguar F-PACE SVR

Espèce protégée.

Jaguar, constructeur anglais réputé pour ses sportives et luxueuses berlines a, en 2015, dévoilé son SUV. Jusqu’ici rien d’anormal, rien d’anglais, le F-PACE est bien né, propose une bonne plateforme (celui de la XE), avec de bons moteurs, surtout en 6 cylindres, un design innovant, un intérieur soigné… On s’inquiétait presque, la firme anglaise, à l’origine de la E-Type, de la royale XJ, de la XJ220 ou de la XKSS était-elle devenu normale ? Cette peur s’est effacée en mars 2018 à l’occasion de la présentation du F-PACE SVR, si inattendu, si Jaguar dans l’âme, qu’on est persuadé que l’idée a germé au pub, lors d’une réunion entre les ingénieurs alors qu’ils prenaient une bière. En effet, la réponse à la question “et si on essayait de rentrer le V8 de 5 litres dans le F-PACE ?”, devrait être, chez une personne censé, “et bien non, car mettre un V8 dans une voiture qui est 70 centimètres plus longue qu’une MINI ça ne peut pas rentrer”. Il fallait à minima travailler chez Jaguar (et surement être au pub), pour répondre “why not…let’s try”. 

C’est plus qu’une voiture mais un outil de liberté d’expression pour l’automobile.

Extérieur : “I want to break free”

La première fois que j’ai vu le F-PACE SVR, dans sa couleur Ultra Blue, c’est comme s’il chantait, “I want to break free” de Queen, comme s’il voulait rouler, être en mouvement, être libéré de son stationnement. Cela m’a permis de comprendre le design extérieur du F-PACE. Si la version “normale” est déjà dynamique en terme de style, la version SVR en rajoute une couche. À l’avant, on retrouve des prises d’aires plus grosses, un capot différent avec des ouïes pour le moteur, un encadrement de calandre gris satiné, quelques détails dans le même ton et, un logo SVR. C’est subtils mais sportif. 

Si le F-PACE SVR était un animal sauvage, le camouflage ne serait pas sa spécialité.

Le profil quant à lui, c’est peu ou prou un F-PACE classique avec ses lignes tendues et élégantes. La version SVR apporte tout de même une ouverture latérale sur la longueur et des magnifiques jantes en 22 pouces qui lui sont spécifique.

L’arrière du F-PACE SVR est plus agressif, surtout avec ces sorties d’échappements.

La poupe conserve la signature du F-Pace, en lui greffant 4 sorties d’échappement chromées presque centrées, donnant un caractère propre à cette version SVR. Des catadiopes latérales sont présentes élargissant le design globale de l’arrière, se terminant sur une sorte d’extracteur d’air aux extrémités gauche et droit du SUV anglais. 

Le Jaguar peut, malgré une garde au sol basse, s’échapper du bitume.

Dans l’ensemble le F-Pace SVR ne marque pas une rupture avec sa fratrie mais affirme son style avec subtilité, avec 5 bougies, il passe dans l’adolescence avec calme et volupté. Bon, tout de même si vous choisissez cette couleur Ultra Blue, le F-PACE sera très proche de la crise d’ado.. 

Avec ce F-PACE c’est très différent, on est au restaurant avec une pipelette, (…) enclenchez le mode sport, ouvrez l’échappement et c’est une vigoureuse discussion qui s’installe.

Intérieur : Changements mineurs. 

L’intérieur, s’il nous séduit, affiche beaucoup moins son style sportif. Un petit badge SVR sur le volant et l’instrumentation nous rappelle qu’il s’agit de la version non conventionnelle, tout comme ce compteur gradué jusqu’à 360 kilomètres heures. On ne pourra pas passer à côté des sièges au design de baquet, recouvert de cuir, au très bon confort et à l’excellent maintien. Bien que le F-PACE accuse désormais 5 années de commercialisation ses fonctions intérieurs sont toujours dans l’air du temps avec un système infotainment assez répondant, partagé avec Land Rover. 

L’interérieur est lieu de rafinement.

Certes, les commandes sur le volant et le panneau de climatisation commence à accuser le poids des années, mais ils restent très qualitatifs et facile à utiliser. Malgré ces défauts, le F-PACE accorde parfaitement son esprit premium avec son intérieur. 

Le design intérieur reste moderne même après 5 ans de commercialisation.

Les places arrières bénéficie d’un espace importants pour la catégorie, même si la place du milieu servira plus de ”place de secours”. Les motifs des sièges arrières sont calqués sur ceux de l’avant donnant une atmosphère luxueuse, surtout avec ce coloris marron. Le coffre est lui aussi assez vaste, comptabilisant …. litres, il permait, une fois la rangée de sièges arrières rabattues d’y mettre un vélo, un frigo, ou bien des jerricanes d’essence, ce qui vous sera très utile.  

Pour 100 000 € Jaguar vous propose d’acheter un moteur extraordinaire et vous donne gratuitement le reste.

Tout cela fait de l’intérieur du Jaguar F-PACE SVR un très bel habitacle, mêlant très habilement sport et luxe et bénéficiant d’une technologie contemporaine sans être trop intrusive. 

Le SVR produit un son si fort qu’il ricoche entre les murs.

Conduite : Moulin volubile 

Avant d’en prendre le volant on m’avait dit : “tu verras le moteur est extraordinaire”, j’étais sceptique, en me ressassant, que JLR n’était pas un motoriste, que même si le V8 compresseur devait être “bien”, il ne pouvait pas être au niveau de précision d’un Flat 6 atmo. de chez Porsche ou d’émotion d’un V8 ou V12 de chez Ferrari. Finalement ma réflexion était fausse, ce moteur est un réel chef d’oeuvre, surtout comparé à la production actuelle et aux très peu communiquant turbocompresseurs. En conduisant nos voitures contemporaines, on a l’impression d’être au restaurant avec quelqu’un qui ne parle pas, peu communicatif, plus de vocalise. Avec ce F-PACE c’est très différent, on est au restaurant avec une pipelette, une phrase par ci, une autre par là, enclenchez le mode sport, ouvrez l’échappement et c’est une vigoureuse discussion qui s’installe. Toujours le mot pour rire ce SVR. 

Le F-PACE SVR ne passe pas inaperçu dans la Vallée de Chevreuse.

Evidemment, avec 550 chevaux le SUV Jaguar soigne ses caractéristiques, avec un 0 à 100 abattu en 4,3 secondes et 283 kilomètres heures en pointe. Mais le V8 de 5 litres n’aide pas la masse qui culmine 2 070 kilos. Cela n’annonçant rien de bon en terme de consommation, et là, pas de surprise. Le F-PACE SVR consomme à peu près autant qu’un pétrolier échoué, même sur l’autoroute, le panneau « station-service à 10 000 m. » nous noue l’estomac. Et pourtant, même si on sait qu’après notre essais le cours en bourse des compagnies pétrolières a dû bien augmenté, on prenait un plaisir un peu maso à accélérer, afin d’entendre cette symphonie de 8 cylindres. L’absence de turbo permet un répondant à la pédale d’accélérateur si franc et rapide qu’il nous met en symbiose avec le véhicule, nous donnant l’impression d’être un chef d’orchestre, il n’y aucune plage de régime ou ce V8 n’est pas vivant et avec 700 Nm il permet une utilisation très polyvalente.

Le F-PACE SVR est une pièce de théâtre permanente.

En termes de dynamisme le Jaguar n’a rien à envier à son cousin le Range Rover Sport, sa plateforme, celle de la Jaguar XE, est toujours 3 année après, la berline la plus rapide sur le Nürburgring. Ainsi le F-PACE vire à plat, et a tendance à survirer, au plus grand plaisir de son conducteur, qui se voit sécuriser tout travers grâce à la transmission intégrale. Cette transmission intégrale n’affecte en rien la direction qui reste très naturel malgré le gommage de tout sous virage. Mais la greffe d’un moteur V8 et de pneus plus larges à l’avant fait en pâtir le rayon de braquage qui peut devenir assez handicapant lors des demi tours.

Sous cet angle on peut voir les grosses entrées d’air.

En dehors de cela le F-Pace conserve un confort digne des anglaises mais assez raffermis pour suivre une cadence soutenue sur des petites routes. Même si les SUV sportif sont encore montré du doigt, la mise en scène théâtrale et presque ridicule parfois, à la limite de la satire du F-PACE SVR nous en met pleins les yeux, nous fait glisser un sourire dans le coin du visage en permanence. Ainsi, pour 100 000 Euros Jaguar vous propose d’acheter un moteur extraordinaire et vous donne gratuitement le reste, devenant l’une des voitures les moins cher équipées d’un V8, étant pourtant, l’un des meilleurs de la production actuelle.

Si attachant et merveilleux qu’à chaque fois qu’on éteint ce F-PACE SVR c’est comme la fin d’un film, la fin du générique, mais le moteur vit encore au travers de ses bruits de refroidissements et d’échappements qui craquotte, comme le lecteur de disque qui se remet au début, prêt à redémarrer d’aussi tôt. Mais pour le moment, le F-PACE SVR tire le rideau, et le public applaudit.

Le contraste de l’Ultra Blue et du vert des arbres est saisissant.

Note, mention et conclusion

Note : 80,5/100

Extérieur – 16/20

Intérieur – 15/20

Moteur – 17,5/20

Dynamisme & Sensations – 17/20

Confort & Praticité – 15/20

Le F-PACE SVR est une pièce de théâtre permanente, rythme soutenu, alexandrin, personnage complexe et sous-entend une critique du plaisir de conduite actuel, via un script bien rodé et une écriture soignée. C’est plus qu’une voiture mais un outil de liberté d’expression pour l’automobile.

Un grand merci à Jaguar Land Rover France, en particulier à Matthieu pour sa confiance.

Posts created 51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top