Land Rover Defender P400e

Modernité assumée.

Le design automobile semble être sur un long fleuve tranquille, les nouveaux modèles se succèdent et se ressemblent. Évidemment, comme toute bonne règle il y a des exceptions, à l’image du nouveau Defender. Il est vrai que son prédécesseur avait quelques années de bons et loyaux services derrière lui, pour autant, la mission n’était pas simple. Faire en sorte de garder ce lien de parenté sans dénaturer l’esprit d’origine tout en faisant entrer cette fabuleuse machine dans le XXIè siècle. 

L’acquisition d’un Defender découle d’une envie qu’aucune autre voiture peut satisfaire.

Alors, Land ou Range ? 

Discret n’est pas le maître mot, le nouveau Defender n’est pas extravagant mais est très volumineux, pour autant le design très droit permet une très bonne visibilité depuis la cabine rendant très simple les expéditions urbaines et extra-urbaines. Evidemment, les feux sont totalement à LED et des détails ci et là donnent un air “rustique” très agréable, comme ses passages de roue carrés, la roue de secours sur le coffre ou l’imitation alu sur le capot. Le Defender conserve ses fameuses ouvertures “alpines” et se brosse d’un petit carré couleur carrosserie sur les vitres arrière venant habiller la silhouette. Notre modèle d’essai est équipé du pack X-Dynamic ajoutant de beaux (et gros) pare-chocs à l’avant et à l’arrière, idéal pour toute forme de terrain. 

L’intérieur passe par la case révolution mêlant désormais un subtil mélange de luxe de confort et d’une forme de pragmatisme. La console centrale vient au milieu, accroché au tableau de bord et concentre tous les boutons afin de régler, clim., radio et modes de conduite. Cela libère l’espace entre les deux passagers avant qui peut ainsi être un troisième siège rabattable ou une console centrale, au choix. La technologie n’est pas en reste avec un tout nouveau système d’exploitation qui se veut surement être le meilleur de l’industrie automobile aujourd’hui. Le combiné d’instrument est lisible et clair. Partout dans l’habitacle règne une atmosphère particulière, entre le sol en plastique, ces vis apparentes et ce cuir lisse habillant des sièges au confort remarquable. C’est un intérieur attachant qui se veut résolument différent des autres automobiles. 

On ne choisit pas un Defender parmis un groupe de voiture, car ce SUV est seul sur son marché.

Si vous désirez en savoir plus sur le design et l’intérieur du Defender nous vous conseillons notre premier article, avec le lien ci-joint : http://www.hauteautomobile.com/land-rover-defender/

Esprit es-tu là ? 

Si le Defender était dépassé sur son style et son intérieur, c’est surtout au niveau de la conduite que les changements étaient les plus urgents. Il fallait moderniser le tout terrain mais le rendre différent du reste de la gamme. Le résultat est très convaincant, le Defender devient très utilisable notamment grâce à son confort. Le châssis échelle laisse place à une caisse autoporteuse, comme toutes les voitures de nos jours. Et puis il y a la motorisation, notre modèle d’essai est équipé du P400e, le très connu hybride 4 cylindres développant 400 chevaux répartit comme suit : 300 du moteur thermique et 100 du moteur électrique. Avec cette motorisation le Defender passe, inexorablement, dans le XXIè siècle. 

C’est au début très déroutant de faire déplacer un tel pachyderme de bien plus de 2 tonnes sans un bruit. Cela rend ainsi la conduite en ville très agréable, utilisant le moteur électrique le plus souvent possible. Si votre conduite est souple, les trajets urbains peuvent se faire exclusivement en électrique avec une autonomie réelle située aux alentours des 25-30 kilomètres. Pour autant, le tableau est moins convaincant une fois la batterie vide en conduite urbaine. En effet, le 4 cylindres semble très poussif surtout lors des mises en mouvement lorsque l’électrique n’aide pas. Cette hybridation est assumée par Land Rover et a été développée pour utiliser conjointement l’électrique et le moteur essence, il ne s’agit pas d’une motorisation à laquelle la marque anglaise a simplement greffé une batterie et un moteur électrique, c’est un travail bien plus en profondeur.

Ces défauts s’effacent sur les petites routes ou autoroutes, ici les 300 chevaux du moteur essence sont suffisants et l’évolution se fait dans le confort et le silence. Lors d’une conduite plus soutenue, exercice plus qu’abjecte pour un Defender, je dois l’accorder, le poids des batterie se ressent, l’arrière est moins mobile et a tendance a être, par conséquent, moins confortable. Mais le Defender c’est bien plus que la somme de ses atouts, c’est une philosophie. L’acquisition d’un Defender découle d’une envie qu’aucune autre voiture peut satisfaire, on ne choisit pas un Defender parmi un groupe de voiture, car ce 4×4 est seul sur son marché. Et les raisons sont multiples, que vous soyez agriculteur pour sa robustesse, cadre dynamique pour son statut, père de famille pour son espace à bord, le Defender transcende toutes les catégories socioprofessionelles et plait à toutes les générations. 

Notes, mentions et conclusion :

Score : 74/100

Extérieur – 17/20

Intérieur – 15/20

Moteur – 13/20

Dynamisme & Sensations – 13/20

Confort & Praticité – 16/20

Pour notre deuxième essai de cette figure de l’automobile, le Defender nous étonne une fois de plus, avec des atouts qu’il est le seul à proposer. Notamment, ce sentiment de liberté absolument inimitable.

Un grand merci à Land Rover France, en particulier à Eric !

Posts created 51

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top