Range Rover Sport p400e

Electric save the Queen!

Les touts-terrains ont un honneur a sauvé et une place a garder dans les centres villes, mais bien souvent leur poids couplé à des moteurs puissants et par conséquents polluant rendent injustifiable leur place en ville. Jusqu’à ce que le plus connu, le plus authentique des touts-terrains passe par la case chirurgie et se voit greffer une motorisation hybride rechargeable associant un 4 cylindres de 300 chevaux et un moteur électrique de 104 chevaux pour une puissance cumulée de 404 chevaux. Tout en rejetant 69 grammes de CO2 (soit, plus 30 grammes de moins que la nouvelle Clio avec 100 chevaux) et une consommation mixte de 3l/100km. Difficile de croire que ces chiffres de consommation et de rejet soient issues d’une voiture de 2 tonnes et 400 kilos, qui plus est, abattant le 0 à 100 en 6,7 secondes. Nous avons eu l’opportunité de prendre en main celui qui sauvera l’image des Range Rover en ville. 

Design à l’anglaise 

L’engouement et la demande pour les SUV ont fait naître un nombre d’offre impressionnante sur le marché, il y en a de tous les goûts, de toutes les tailles et pour toutes les bourses. Mais l’un d’entre eux reste le plus authentique, cultive et perfectionne son confort et son raffinement depuis 1970 ; Il s’agit du Range Rover créé en 1970 par la marque Land Rover comme le premier SUV de “luxe”. En 2005 afin de diversifier sa gamme Land Rover commercialise un Range Rover Sport, dont le design se calque sur le Range Rover. Ainsi en 2012, lors de la quatrième génération du Range Rover (sobrement et simplement baptisé L405), Land Rover en profite pour développer le Range Rover Sport II qui subira comme son aîné un restylage en 2017, recevant une motorisation hybride rechargeable p400e. Le Range Rover fait partie de ses voitures s‘étant bonifié avec l’âge, sans jamais perdre de sa superbe, malgré 4,80 mètres de longueur (10 centimètres de plus qu’une 508), 1,80 mètres de hauteur et 1,99 de largeur le Range Rover Sport nous semble fluide, sans aucune faute de goût ou sans aucun appendice disgracieux. Sa silhouette est extrêmement bien réussi, et nous fait oublier ses mensurations de fourgonnettes grâce à des lignes fines et simples. De l’extérieur le Range Rover Sport  se veut classieux mais en aucun cas vulgaire.

La poupe du Range Rover Sport s’habille de lignes simples et élégantes.

L’intérieur suit la dogme établie par la carrosserie, c’est-à-dire ; simple, minimaliste et très élégant. Les finitions sont à la hauteur du prix de l’engin, les assemblages tiennent bien en place, aucun grincement ne vient perturber le silence du moteur électrique. Le cuir est omniprésent, sur les sièges, le tableau de bord, la boite à gants, le volant, qui d’ailleurs, reçoit un entourage en aluminium du plus bel effet. Le Range Rover Sport soigne aussi ses occupants par une myriades de petit détails qui vous feront rappeler rien qu’au toucher ou au son qu’il s’agit d’un Range Rover. Tout d’abord, la porte et sa poignée ont un feeling spécial, la poignée très carré ouvre une porte très lourde à mi-chemin entre une Audi RS6 et une Rolls-Royce, le bas de caisse emporte avec lui la porte pour éviter de salir votre pantalon en sortant après une session tout terrain. Bien-sur les détails ne s’arrêtent pas là, les palettes derrière le volant sont en aluminium, le rétroviseur intérieur n’a pas d’encadrement, les compteurs (ou devrais-je dire l’écran) sont cerclés d’aluminium, la poignée interieur bien intégrée à l’accoudoir vous obligera à faire un mouvement peu naturel de la main… Tous ces détails ajoutent un charme fort à ce Range Rover Sport. On notera tout de même des sièges assez durs (si vous avez l’habitude d’un Range Rover par exemple) mais à la position et au maintien parfait. Ainsi, cette version p400e respect bien les codes établis il y a presque 50 ans, un design extérieur élégant et un intérieur soigné à la méthode d’un salon anglais. Sans faute. 

L’intérieur reçoit un écran contrôlant la climatisation et les modes de conduite.

Le Range Rover Sport a L’Ecole des Sorciers

Il était alors temps de découvrir si la patronyme “sport” qui lui avait été greffé était source d’une vraie refonte dynamique ou simplement un moyen d’élargir la gamme de Land Rover à de nouveaux clients. Le résultat est à ma grande surprise plutôt sportif, bien qu’il ne faut attendre aucune révolution d’une voiture de 2,4 tonnes. Lors d’une entrée assez brutale dans une voie d’insertion d’autoroute le Range Rover se bloque, limitant le roulis et file droit. À la ré-accélération, l’avant se révèle précis ne subissant que très peu de sous-virage, l’arrière quant à lui se scinde au sol et suit la cadence. Sur autoroute le SUV Britannique est facile à emmener, malgré son design assez peu aérodynamique le Range Rover se déplace avec aisance dans un silence royal. En ville,  la direction souple offre un bon ressentis de la route et permet de manoeuvrer très facilement, le gabarit est facile à prendre en main et sa hauteur offre une bonne visibilité sur ce qu’il se passe devant. En revanche, niveau confort le Range Rover Sport peut décevoir les propriétaires de Range Rover, d’un point de vue purement objectif le confort est très bon et ravira la plupart des propriétaires de grosses berlines allemandes mais il demeure tout de même moins confortable que son aîné le Range Rover. Après quelques kilomètres on se rend compte que Land Rover, grâce à son armada technologique, a fait avec son Range Rover Sport de la magie, en rendant dynamique un paquebot de la route. Le plus impressionnant restant la polyvalence du SUV anglais dont les capacités hors route ne sont plus à démontrer. 

Le dilemme de l’électrique

Notre version se différencie par son moteur hybride ; récapitulons sa composition : d’un côté un 4 cylindres essence de 2 litres développant 300 chevaux, de l’autre, un moteur électrique de 104 chevaux. Le tout nous donne une puissance cumulée de 404 chevaux, 640Nm de couple et 6,7 secondes de l’arrêt à 100 kilomètres heures. Land Rover annonce une autonomie de 48 kilomètres en tout électrique, bien entendu ces mesures sont à relativiser en fonction de votre parcours, si ce dernier comporte de l’autoroute l’autonomie en sera grandement affectée. Mais sur un trajet urbain comportant quelques portes de periph’ comptez sur 40 kilomètres. Pour la recharge, une prise domestique rechargera la batterie en 7 heures, celle d’une borne prévue à cet effet en 2 heures. Vous rencontrerez sûrement un problème pour charger ce Range Rover Sport p400e, notamment dans Paris, où trouver une borne qui marche, qui accepte la charge du Range Rover, qui n’est occupé par personne et où le SUV Britannique rentre sans encombre relève plus de l’exception que de la règle. Les batteries logent dans le coffre ce qui relève son accès de quelques centimètres, leur position dans le coffre ajoute, certes du poids mais permet aussi de rééquilibrer l’arrière. Ainsi l’ajout du moteur électrique permet de rendre plus agréable l’utilisation de notre chic baroudeur, malheureusement, lorsque la batterie est entièrement vide et que seulement le 4 cylindres meut le Range Rover Sport, ce dernier peut se montrer essoufflé, souffrant d’un manque de puissance et de couple (lorsque l’on a prit l’habitude de l’électrique). 

Malgré l’hybride, la pompe à essence sera un passage obligatoire pour remplir les 86 litres du réservoir.

Côté finance et tarifs

Le Range Rover p400e semblait être un succès commercial même avant sa présentation. En effet, les taxes sur les véhicules puissant et polluant sont devenues si importante que le marché peut sembler en souffrir, d’un autre côté, les véhicules électriques et hybrides sont désormais entourés de beaucoup d’avantages, dont un abattement total de la TVS (Taxe sur les Véhicules de Société), les sociétés représentant la majorité des ventes de Land Rover en France. 

En termes de prix le Range Rover Sport p400e se situe dans la fourchette haute, comptez 91 700€ en version SE de base et 99 500€ pour notre version d’essai HSE Dynamic. Les concurrents comme le Q7 e-tron commence à 81 500€, le BMW X5 xDrive45e à partir de 82 900€, le Volvo XC90 à partir de 80 900€ et le Porsche Cayenne E-Hybrid commence lui à partir de 94 101€. Mercedes ont, quant à eux, lancé leur version hybride du GLE en septembre avec des prix non encore communiqués pour la France. 

Le bon compromis ?

Alors malgré un tarif de presque 10 000€ plus cher faut-il l’acheter ? Premièrement 10 000€ sur une base tarifaire comme celle-ci ne représente seulement “que” 12%. Prenons une base plus parlante d’une voiture à 32 000€, cela représente une augmentation de 3 900€. De plus le Range Rover a une élégance que l’on ne retrouve pas chez ses concurrents avec un intérieur bien moins austère. Certain mentionnerons peut être une technologie moins pointue que chez les allemands, mais selon Le Point la moyenne d’âge des propriétaires de Land Rover est de 47 ans, à cet âge-ci, le fait d’avoir une caméra nocturne plus efficace, ou avoir une voiture qui répond à la voix importe peu, ainsi le Range Rover Sport remplit totalement son contrat. De surcroît, le SUV Britannique est mieux vu et plus rare en France, ses qualités dynamiques et son confort en font une référence dans la catégorie. En conclusion, La Couronne peut être fière, son Range Rover Sport hybride rechargeable est bien né et nous lui souhaitons “bonne route”!

Note, mention et conclusion

Note : 81/100

Extérieur – 18/20

Intérieur – 19/20

Moteur – 15/20

Dynamisme & Sensations – 13/20

Confort & Praticité – 16/20

Le Range Rover Sport p400e semble être le meilleur compromis sur le marché actuel en terme de SUV luxueux hybride. Elegant et confortable, il reprend les codes Land Rover et les sublime une fois de plus.

Merci à Land Rover France et à son service presse.

Liens :

Land Rover France : www.landrover.fr

Range Rover Sport : https://www.landrover.fr/vehicles/range-rover-sport/index.html

Posts created 54

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top