Mercedes-AMG E63s Break

En rondeur.

Il y a certains secteurs qui sont compliqués à pénétrer pour les marques. Par exemple, si vous devenez désireux de lancer un SUV de luxe vous vous heurterez irrémédiablement au Range Rover, une sportive deux portes à la 911. Si vous voulez développer une micro-citadine, vous prendrez en référence la smart et si il vous vient à l’esprit de faire un break puissant, la RS6 se dressera sur votre chemin. C’est cette dernière qui fut le problème de la Classe E63 Break depuis des années. La Mercedes n’était pas moins bien, mais la RS6 était juste plus attrayante. Mais avec cette nouvelle génération W213 il se pourrait que les choses changent. 

Je dois commencer par une confidence, il y a 1 an, j’avais essayé la Classe E63s Berline, malgré des qualités indiscutables, elle n’avait pas réussi à emballer mon cœur. Le modèle était équipé des baquets AMG qui n’aidaient en rien la suspension assez dure de la E63. En somme, même avec un moteur, une boite et une transmission prochent de la perfection, il manquait un peu d’homogénéité. Et pourtant, le potentiel était facile à ressentir. Je devais alors redonner sa chance à la E63, et cette fois la recette est différente avec une version Break au lieu de Berline et des sièges confort.

Plus Mercedes qu’AMG ?

La face avant se fond dans la masse avec un design lisse, je noterai évidemment la calandre spécifique AMG. Les jantes noires, complètent parfaitement le peinture Gris Magno du plus bel effet. Et puis, on arrive à la poupe, qui comme sur toutes les Classe E Break tombe rapidement avec un effet corbillard, un bon point pour le coffre mais le design plus fuyant de la RS6 est plus attractif. La version Break se doit aussi d’être moins agile avec un centre de gravité plus haut, moins confortable avec un poids en hausse mais se devrait d’avoir plus de traction à l’arrière. Pour le moment, le tableau est en demi-teinte. Alors que je loge à l’intérieur, tout cela tombe aux oubliettes. L’habitacle est spectaculaire. Les deux ecrans du combiné sont clairs, toutes les animations maitrisées, le volant et la position de conduite sont parfaites. Le cuir marron et les sièges conforts ajoutent un aspect plus luxueux dont la Berline ne pouvait seulement rêver avec ses baquets AMG et son alcantara noir. C’est un habitacle somptueux pour avaler les kilomètres, une vraie Classe E en somme.

On met le contact et le V8 commence à s’exprimer, je sors en dehors de la voiture pour entendre le démarrage à froid de ce moteur que j’aime tant ; Avec Le bruit caractéristique du V8 AMG entre bateau et muscle car américaine avec une résonance typique. En prenant la route sur le mode confort, le V8 sait se faire s’oublier surtout grace à la boite aà 9 rapports qui calme les ardeurs du moteur lors des mises en mouvement. Aux 130km/h réglementaires, la 9e est enclenchée et on se sent comme porté sans aucun effort. Je profite des sièges conforts qui peuvent même masser à la demande ! La consommation reste raisonnable, autour des 10 litres et le volume du chargement atteint 600 litres avec cette version break et sera le bienvenue pour les pères de famille. 

Sportive avec 5 places

Mais le badge AMG se doit d’être efficace sur long trajet, évidemment, mais aussi sur petites routes. C’est ce que nous allons découvrir en prenant la première sortie sur l’A10 lorsque le carte du GPS n’affiche plus de bâtiments autour de nous mais de l’herbe. Alors, je tourne la molette afin de faire passer la E63 en mode Sport + et ouvre en grand la pédale. Le moteur se comporte comme une version atmosphérique, coustruisant son couple au grés de la montée en régime. Il y a peu d’écart entre la version Berline et Break, cette version laisse moins l’arrière se déporter dû au poids qui pousse la poupe à motricer. Pourtant, il y a toujours cette sensation du train arrière qui décroche naturellement rappelant les AMG d’antant. C’est brillamment éxécuté, avec une progressivité dont même certaines propulsions ne peuvent seulement rêver d’avoir. Cela apporte de la profondeur à cette E63s AMG, elle ne fait pas seulement parfaitement tout ce qu’une voiture allemande doit faire mais elle rajoute un côté intéressant avec cette transmission. 

Mais cela, la Classe E63s Berline le faisait aussi, même mieux. Sauf que lorsque le rythme baisse, que vous voulez seulement l’utiliser en tant que “familiale”, les sièges et la suspension de la version Berline ne semblaient pas à leurs places (évidemment, vous pouvez commander une version Berline avec les sièges conforts), c’est cette version Break me fait terriblement aimer la E63s. Elle peut se montrer civilisée et semble plus apte à jouer son rôle de grande routière. Elle concentre ce qu’il y a de plus AMG et Mercedes, regroupant la finesse, la technologie et le confort de Stuttgart avec la puissance brute d’Affalterbach. 

Note, mentions et conclusion :

Score : 85/100

Extérieur – 16/20

Intérieur – 17/20

Moteur – 18/20

Dynamisme & Sensations – 17/20

Confort & Praticité – 17/20

La E63s a ravivé ma flamme pour cette auto qui, dans sa version berline, semblait manquer d’homognéité. Désormais elle a plus que les armes pour partir à la conquête du segment de la RS6.  

Merci à Mercedes France et en particulier à Julien et Jean-Luc.

Posts created 77

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top