Jaguar F-Type R

So British!

Jaguar, ces 6 lettres suffisent à réveiller l’esprit d’un passionné automobile, à s’imaginer une E-Type remontant doucement The Mall vers Buckingham Palace, la XJ220 est son design encore aujourd’hui futuriste, la Project 8 s’élançant autour du Nürburgring. Oui, Jaguar est dans l’inconscient de tous, avec son élégance intemporelle, son ergonomie propre et la patine des cuirs des modèles anciens. Pourtant aujourd’hui la marque n’attire plus la même clientèle qu’autrefois, vendant majoritairement des petites berlines et des SUV, qui sont de très bonnes voitures.

 Pourtant, depuis 2013, il fallait une remplaçante à la E-Type, le modèle, la lettre d’après. Le nom était tout trouvé, elle s’appellera F-Type et nous essayons aujourd’hui la seconde génération avec son V8 de 575 ch. Le temps est bon.

Il suffit d’accélérer en sortie de courbe pour que l’échappement libère ses vocalises métalliques

Extérieur : Élégance anglaise

Les anglais ont eu, toujours eu goût de l’automobile et goût des coupés, spécialement pour les coupés élégants que l’on aimerait conduire au bord de la mer. La F-Type représente exactement cela, c’est un dessin élancé, avec une ligne fluide, un design simple et intemporel. La face avant de cette nouvelle génération reçoit des nouveaux optiques effilés avec une signature en « J » et toujours cette calandre ovale, indémodable.

Le profil, comme la E-Type, se dessine avec une ligne fastback, au coup de crayon simple mais au combien efficace pour les yeux. On se rend compte des proportions, avec un arrière court et avant plus long afin de loger le V8 et son compresseur. Les poignées de portes à flanc permettent de ne pas détourner l’œil de la contemplation de ce chef d’œuvre de design moderne, cela aide aussi à la pénétration dans l’air et donc à la consommation.

La poupe est large et musclée, reçoit quatre sorties d’échappement de deux côtés et pour ce millésime 2020 des nouveaux optiques plus effilés. Un aileron escamotable se cache dans la malle du coffre et sort une fois passé les 120 km/h, dommage que ce dernier, une fois relevé, casse la ligne du coupé anglais.

La F-Type c’est un dessin élancé, avec une ligne fluide, un design simple et intemporel.

Il faut peu de mot pour décrire cette F-Type, dénué de spoiler ou d’appendice aérodynamique inutile. Ici chaque ligne, chaque coup de crayon compte afin de créer un dessin capable de traverser les décennies sans prendre une ride, comme la E-Type.

Intérieur : Cuir et volupté

L’intérieur de la Jaguar F-Type est sobre ; un cuir marron recouvre les sièges et le tableau de bord contrastant magnifiquement bien avec la teinte verte (British Racing Green) de l’extérieur. Cette version 2021 reçoit un combiné d’instruments numérique évoluant en fonction des modes de conduite. Les buses d’aérations se rétractent dans le tableau de bord lui donnant un look très simpliste.

La présentation est soignée et le choix des matériaux est de bon goût, on se verrait bien avaler les kilomètres dans un tel habitacle d’autant que les sièges, malgré leur esprit « baquet » demeurent très confortables offrant tout de même un bon maintien. Le système multimédia est partagé avec les autres produits du groupe Jaguar – Land Rover, il n’est certes pas le plus technologique, ni le plus rapide mais son ergonomie bien pensée en permet une utilisation assez facile. 

Malgré des dimensions contenues (4,50 m en longueur, 1,92 m en largeur et 1,31 m en hauteur), le coupé Jaguar conserve une vrai habilité de GT, avec un coffre de 340 litres et un espace assez généreux pour les occupants.

L’intérieur de la F-Type reprend donc les codes Jaguar avec de belles finitions, des beaux cuirs et un design assez simpliste, lui conférant, comme à l’extérieur, un design intemporel.

La F-Type R joue entre plusieurs gammes.

Conduite : pile ou face ?

La F-Type R joue entre plusieurs gammes. Dans un premier temps son V8 compressé est coupleux et la suspension prévenante, l’autoradio Bower & Willikin vous permettra de profiter de vos mélodies favorites dans un calme surprenant pour une voiture de 575 ch. Pourtant, quand le rythme hausse, la F-Type se transforme complètement, le moteur devient rageur, la direction très précise et la suspension moelleuse du début laisse place à un amortissement plus dur limitant les mouvements de caisse. Et, le V8 compressé ne produit plus un son docile et calme comme précédemment mais se révèle rageur, investissant l’espace autour de nous avec des vocalises dignes des plus grands ténors de la planète. La transmission intégrale aide beaucoup à sécuriser les accélérations et les sorties de courbes. 

Nous sommes alors très vite bluffés par la versatilité du coupé anglais et sa bipolarité si attachante, sans même devoir toucher un bouton. En effet, nul besoin de toucher le bouton “sport” ou “race”, la F-Type est cantonnée entre le sport et le confort, lui permettant de passer d’un extrême à l’autre avec une grande facilité.

La direction se révèle directe et très lourde, c’est un régal de tout instant, sans être sur-assistée elle conserve une bonne remontée d’information et une sensation très naturelle. La transmission intégrale n’altère en aucun cas la précision de cette dernière, même lors des franches accélérations. La boîte automatique fait un travail très correct, certes elle n’a pas la réactivité d’une double embrayage mais cela lui confère un caractère bien spécial, même en mode manuelle elle demeure assez lente comparé aux concurrentes mais ne choque pas pour autant. 

Ce millésime 2020 reçoit des barres antiroulis plus épaisses à l’arrière avec une nouvelle suspension pilotée. Pourtant la F-Type n’est pas un coupé très dynamique, sa masse de plus d’1,6 tonne est handicapante lors des changements de cap et des entrées en virage accusant un léger sous virage, notamment avec l’énorme 8 cylindres de 5 litres logé devant nous. Même si cela nous chagrine, il suffit d’accélérer en sortie de courbe pour que l’échappement libère ses vocalises métalliques.

Ici chaque ligne, chaque coup de crayon compte afin de créer un dessin capable de traverser les décennies sans prendre une ride, comme la E-Type.

Que cela soit sur petite route, en ville ou sur autoroute, la F-Type conserve une polyvalence sans faille et sait montrer ses atouts à chaque instant. Si vous voulez être le premier lors d’une course il serait mieux d’oublier cet objectif, la F-Type n’est pas faite pour ça. C’est un coupé anglais fait pour se déplacer avec style et rapidité, et le quotient émotionnel des piétons et autres automobilistes pour les coupés 

Jaguar est toujours bien vivant, durant ces jours passés avec la voiture nous n’avons eu que des réactions amicales, des pouces levés, des commentaires gentils. Et cela est de plus en rare, il faut donc le chérir.

Pensée : Où es-tu ?

Pendant mon essai une question a tourné dans ma tête. Ou sont les F-Type sur le route, alors que Paris est littéralement jonché de 911, la F-Type est en retrait.  Pourtant le coupé Jaguar est très bien positionné en prix (sans les taxes CO2 et carte grise), à 126 000€ pour la version R avec ce V8 de 575 ch on pourrait même se dire qu’il s’agit d’une affaire. D’autant que l’entretient chez la marque britannique n’est pas onéreux comparé aux concurrentes. Malgré toutes ces qualités il y a peu de F-Type, peut-être parce que Jaguar (Jaguar Land Rover France dans ce cas), dans un contexte ecologico-économico-social très tendu préfère mettre des efforts pour vendre des F-Pace, I-Pace et E-Pace, ce qui est la bonne stratégie à adopter, laissant irrémédiablement la F-Type derrière. Ou peut-être à cause du désintéressement de Jaguar pour les sports mécaniques ?  Il est vrai qu’il y a longtemps que l’on n’a pas vu une Jaguar descendre la ligne droite Mulsanne, même s’il y a bien longtemps que l’époque où il fallait gagner en compétition pour vendre des voitures est (malheureusement) révolue. Dans tous les cas nous aimerions en voir plus des F-Type, alors si vous vous posiez la question : Dois-je prendre une F-Type, la réponse est oui. Et vous ne serez pas décue.

Note, mention et conclusion

Note : 78/100

Extérieur – 17/20

Intérieur – 15/20

Moteur – 17/20

Dynamisme & Sensations – 15,5/20

Confort & Praticité – 13,5/20

C’était un devoir pour Jaguar de créer une succession à la E-Type. Pour autant la F-Type propose une recette radicalement différente mais au combien appétissante.

Un grand merci à Land Rover – Jaguar France pour leur confiance, en particulier à Matthieu pour sa disponibilité.

Posts created 54

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top